Article publié dans l'édition Hiver 2021 de Gestion

Les entreprises et les gestionnaires sauront-ils tirer des leçons de la pandémie de COVID-19? Et au Canada, étions-nous d’ailleurs prêts à affronter ce type de crise exceptionnelle ? Joé T. Martineau, professeure adjointe au Département de management de HEC Montréal, apporte son éclairage sur la question.

Quels sont les réflexes et les méthodes des gestionnaires d’ici pour anticiper les crises?

Les origines des crises peuvent être multiples et, bien que nous soyons complètement mobilisés par la pandémie de COVID-19 à l’heure actuelle et que cette crise éclipse toutes les autres, il en existe de nombreux types. On pense notamment aux crises informationnelles ou médiatiques, par exemple les récentes dénonciations d’inconduite sexuelle de la part de certains artistes, avec toutes les répercussions que celles-ci ont eues sur les entreprises qui faisaient affaire avec ces personnalités publiques.


LIRE AUSSI : « Vu d'ailleurs... La gestion de crise »


Il y a également des crises technologiques, notamment la fuite de données chez Desjardins en 2019, ainsi que des crises économiques et environnementales ou encore sociales et culturelles, par exemple la crise ferroviaire au Canada au début de 2020.

Il faut se rappeler que les organisations ne fonctionnent pas en vase clos. Ainsi, pour anticiper les crises, les dirigeants et les gestionnaires n’ont d’autre choix que d’être vigilants, tant à l’interne qu’à l’externe, en ce qui a trait au contexte social, politique et économique. Ils doivent aussi envisager tous les risques propres au champ d’activité de leur entreprise. Il faut avoir des antennes partout!

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou