Déployer une stratégie au sein d’une organisation constitue un défi permanent pour les dirigeants. En effet, si la formulation de la stratégie capte d’emblée toute leur attention, on ne peut pas toujours en dire autant de sa mise en œuvre. Trop souvent, les gestionnaires tiennent pour acquis que ces grands objectifs généreront naturellement des sous-objectifs et chacun y travaillera sans ambages. Comment la méthode hoshin kanri pourrait-elle alors leur venir en aide?

Un sondage mené il y a 20 ans montrait déjà la préoccupation qu’avaient les gestionnaires en ce qui a trait à la mise en œuvre d’une stratégie organisationnelle. En effet, seulement 43% d’entre eux considéraient la stratégie de leur entreprise comme réussie ou très réussie.

La situation ne semble pas avoir changé depuis. Une étude réalisée auprès de quelque 8 000 gestionnaires dans plus de 250 entreprises montre que de nombreuses croyances erronées subsistent quant à l’exécution de la stratégie organisationnelle. Selon une des idées répandues, cette mise en œuvre exige qu’on s’en tienne au plan. Tout écart par rapport à celui-ci est vu comme un manque de discipline. Un autre exemple marquant de fausse croyance est qu’une culture axée sur la performance favorise l’exécution. Or, lorsque l’accent est mis de manière excessive sur les résultats, la mise en œuvre de la stratégie peut en pâtir.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou