Article publié dans l'édition Hiver 2021 de Gestion

L’accueil et l’intégration, c’est le processus au cours duquel le nouvel employé et l’entreprise se découvrent. Réussir ce savant mélange de formation et de séduction peut accroître la fidélité et la productivité des travailleurs.

Avant que la coViD-19 ne frappe le Québec, la plupart des secteurs d’activité économique étaient aux prises avec une rareté de main-d’œuvre. Cette situation entraînait une vive concurrence pour attirer et pour retenir les meilleurs talents. Les entreprises ont donc développé leur marque de commerce « employeur », courtisé les candidats sur les médias sociaux et bonifié les conditions de travail offertes.


LIRE AUSSI : « Le marketing recrutement, nouvelle arme de la chasse aux talents »


Mais cet effort ne doit pas s’arrêter après l’embauche : « L’accueil et l’intégration jouent un rôle crucial pour séduire les nouveaux travailleurs et pour augmenter le degré de rétention », souligne Anne Bourhis, professeure titulaire au Département de gestion des ressources humaines de HEC Montréal. Plusieurs entreprises n’hésitent plus à parler d’ « expérience employé », une analogie avec l’expérience client. Le travailleur doit se sentir apprécié et être servi efficacement afin de s’engager envers l’entreprise et de poursuivre sa relation avec elle.

Selon un rapport de la firme américaine Engage2Excel1, un bon processus d’accueil et d’intégration accroît la rétention de 82 % et la productivité de plus de 70 %. À l’inverse, les recrues déçues de cette expérience sont deux fois plus portées à chercher un autre emploi, d’après la firme Digigate2, une filiale de Tata Consultancy Services.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou