Article publié dans l'édition Automne 2010 de Gestion

Portée par la pression grandissante, le sentiment d’urgence et la course effrénée à l’efficience, l’organisation du travail entraîne de nouvelles souffrances, comme le stress, la violence, la dépression, l’épuisement professionnel ou le harcèlement au sein du personnel.

Symbole de cette dégradation des conditions de travail, la récente médiatisation des suicides contraint désormais les dirigeants à imaginer des moyens de compenser les déséquilibres (physiques mais surtout psychiques) causés par le travail. Le sport apparaît alors comme un outil pertinent pour régénérer la forme sur le plan mental et augmenter la productivité des employés.


LIRE AUSSI : « Sport et plein air : une croissance qui ne s’essouffle pas »


En effet, des études menées par le National Institute of Mental Health ont souligné, dès 1987, les bienfaits de l’activité sportive sur la santé mentale1 (INSERM, 2008). Plus récemment, des auteurs (Fox, 1999; Penedo et Dahn, 2005) ont estimé que les preuves étaient suffisantes pour avancer que l’exercice physique agit positivement sur l’état psychologique des individus.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou