Article publié dans l'édition Été 2021 de Gestion

La pandémie de COVID-19 a fait voler en éclats toutes nos routines, d’un point de vue tant organisationnel qu’individuel. Pourquoi sont-elles si importantes? Comment les reconstruire dans un environnement qui ne sera probablement plus jamais comme avant?

Lorsque le gouvernement québécois a décrété le confinement sanitaire, en mars 2020, nos existences ont basculé. «Les gens se sont retrouvés enfermés à la maison, loin de leur lieu de travail, avec leurs enfants. Or, l’organisation de nos journées est fondée sur des horaires. On sait que tout le monde sera à un endroit précis pendant la journée – bureau, école, garderie – et qu’on se retrouvera le soir. Avec la pandémie, nos routines ont été détruites», explique Pénélope Codello, professeure agrégée au Département de management et directrice des programmes de certificat de HEC Montréal.

La situation a également été épineuse au travail. Ont été balayés non seulement l’aspect formel mais aussi le volet informel de la réalisation des tâches : les échanges dans les couloirs avec les collègues, les discussions autour de la machine à café, bref, tous ces petits repères qui structurent notre vie quotidienne au boulot.

Face à l’inconnu, les organisations et les individus se sont efforcés de construire de nouvelles routines pour remplacer celles qui avaient disparu et pour reconquérir ainsi l’espace laissé en friche. En effet, on ne peut pas se passer des routines, que ce soit dans notre sphère privée ou dans notre existence professionnelle.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou