La pratique des rapports de responsabilité sociale (RSE) des entreprises prend de l’ampleur, mais cette popularité a entraîné l’apparition de plusieurs cadres de présentation comportant chacun leurs propres instructions sur ce qu’il faut divulguer. Pour vous aider à bien démarrer, les auteurs ont fait un examen approfondi de la littérature sur les rapports RSE et ont discuté avec deux directeurs du développement durable au sein d’entreprises reconnues pour leur excellence en la matière. Ils vous font leurs recommandations. 

Conseil n˚ 1 : Choisissez le bon cadre pour votre public cible

« Cernez le public cible, fixez l’objectif à atteindre et planifiez la production du rapport. »

La première étape consiste à déterminer le cadre de présentation à utiliser parmi les trois cadres principaux disponibles à l’heure actuelle, c’est-à-dire ceux du Sustainability Accounting Standards Board (SASB), de l’International Integrated Reporting Council (IIRC) et de la Global Reporting Initiative (GRI). Il importe de bien comprendre leurs objectifs respectifs afin de mieux évaluer leur degré de compatibilité avec ceux de l’entreprise.

  • LE CADRE DU SASB est le plus précis. Conçu pour les sociétés ouvertes, il fournit des orientations quant à la divulgation d’informations relatives au développement durable dans le rapport annuel. Il est donc principalement destiné aux investisseurs. Par conséquent, les autres parties prenantes en tireront moins d’avantages.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou