Quoi de plus opposé dans l’esprit de tous qu’entreprendre et donner ! Et pourtant, le cycle du don conceptualisé par l’anthropologue français Marcel Mauss en 1929 peut démontrer comment la vie de l’entrepreneur s’articule autour des trois temps de ce cycle : donner, recevoir, rendre.

Dès le début du 19e siècle, dans les écrits de l’économiste français Jean-Baptiste Say, l’entrepreneur est décrit comme un individu possédant des talents naturels hors du commun, ce que l’économiste autrichien Joseph Schumpeter traduira au 20e siècle en parlant d’individus doués d’une rare créativité.

L’entrepreneur est donc doué : il a un don, une capacité étonnante pour créer quelque chose de nouveau, que ce soit un produit, un service, une solution, une équipe, une affaire, etc. Steve Jobs était ainsi habité par quelque chose qui lui a conféré le don d’entreprendre la révolution de la micro-informatique et de lancer les créations que nous connaissons d’Apple.

Comme dans le cas du don artistique, le don de l’entrepreneur lui semble conféré par quelque chose qui échappe au monde logique et rationnel : Dieu, l’hérédité, le hasard, la providence, etc. (Chacun peut y voir ce en quoi il croit.) Le don tombe sur l’entrepreneur sans qu’il l’ait nécessairement cherché ou voulu, d’où la belle idée de l’entrepreneur par accident, qui crée sans intention stratégique et qui, pourtant, réussit là ou d’autres ont échoué. Ce don peut être le don d’entreprendre, le don d’inventer, le don de vendre, le don de fédérer, etc. Ou ce peut être un don très spécifique lié à une activité, une pratique, un secteur, etc.

Un don qui se cultive

Il ne faut cependant pas croire que le don vient en contrepoint de l’apprentissage et du travail. Bien au contraire, l’apprentissage et le travail viennent compléter le don ; sans eux, le don s’abîme et s’étiole. Ainsi, l’entrepreneur est non seulement celui qui a un don mais surtout celui qui sait le recevoir et le magnifier grâce à son travail et à sa persévérance. Nombre d’entrepreneurs à succès rappellent comment leur parcours n’a pas toujours été facile, notamment au début, par exemple lors de refus de financement, et comment ils ont maintenu le cap pour capitaliser sur leur don.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou