Chez les gestionnaires à succès, chez ceux et celles qui réussissent à se hisser à des postes d’influence et à exceller dans l’exercice de leurs fonctions, on retrouve toujours une bonne dose d’habiletés politiques.

Ces hommes et ces femmes savent que, pour bien diriger, il ne suffit pas de bien analyser une question ou d’élaborer un bon plan d’action mais qu’il faut aussi, si l’on veut atteindre les résultats qu’on vise, influencer d’autres êtres humains avec qui l’on est en relation d’interdépendance. Ces gens savent cela et le mettent en pratique.


LIRE AUSSI : « Dialogue exécutif : vos stratèges sont-ils perdus entre politique et tactique ? »


Les habiletés politiques jouissent cependant d’un statut ambigu dans les textes sur le management et dans l’enseignement de la gestion, de même que dans la pensée de bien des observateurs ou aspirants au succès.

Tout en reconnaissant que chaque personne qui réussit sait faire preuve d’habiletés politiques, on a souvent tendance à opposer les habiletés politiques à la compétence ou à les passer sous silence, comme si elles entachaient la noblesse du métier.

Dans cet article1, nous tenterons de donner leur juste place aux habiletés politiques. Après les avoir définies, nous préciserons leur rôle dans la vie des organisations et dans le métier de gestionnaire. Nous nous pencherons aussi sur les réticences que l’on entretient à leur égard et nous présenterons quelques considérations pratiques sur leur mise en œuvre.

Que sont les habiletés politiques ?

Les habiletés politiques peuvent se définir comme l’art de mobiliser les sources de pouvoir dont on dispose.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou