Article publié dans l'édition Printemps 2022 de Gestion

La course aux monnaies numériques de banque centrale (MNBC) s’emballe et le Canada n’y échappe pas. La Banque du Canada travaille de plus en plus intensément à l’élaboration de son propre projet. Mais quels en sont les enjeux?

À l’heure actuelle, neuf pays ont mis en circulation une MNBC, selon l’Atlantic Council. Ils se trouvent tous dans les Caraïbes, sauf les Bahamas et le Nigeria, qui propose l’eNaira depuis octobre 2021. Des projets pilotes ont aussi cours dans 14 pays, dont la Chine, la Suède et la Corée du Sud. Ces MNBC prennent trois formes : elles peuvent servir aux entreprises et aux particuliers (MNBC de détail), être réservées aux banques (MNBC de gros) ou les deux.

Le Canada pointe dans un troisième groupe constitué de 15 États au sein duquel une MNBC est à l’étape de développement. «Nous embauchons du personnel qui se consacrera à ce projet. Nous nous penchons sur les diverses caractéristiques de conception d’une MNBC et sur les options technologiques. Également, nous consultons de nombreux intervenants des secteurs privé et public», détaille Raewyn Passmore, consultante en relations avec les médias à la Banque du Canada.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou