Article publié dans l'édition Printemps 2020 de Gestion

Qu’il soit utilisé à des fins personnelles ou professionnelles, le courriel est un moyen de communication simple, rapide et pratique, tant et si bien que nous en recevons et en envoyons plusieurs dizaines par jour, ce qui nous oblige chaque fois à interrompre nos activités. Mais quels sont les effets de ces interruptions constantes sur notre productivité ?

En milieu de travail, le courriel est un des moyens de communication les plus utilisés. Flexible et polyvalent, il est employé en toutes circonstances et à toutes les sauces. Une réunion à planifier ? On organise la rencontre en un seul clic. Une question à poser à un collègue ?

On lui envoie un courriel au lieu de décrocher le téléphone ou d’aller lui parler en personne. Son omniprésence dans les bureaux est telle que plusieurs déplorent la perte de temps et la distraction qu’il occasionne.


LIRE AUSSI : « Nos forces et celles des autres : comment en optimiser l'usage au travail ? »


Il faut dire qu’en moyenne, nous sommes interrompus environ 70 fois par jour par des courriels1, dont la moitié ne sont pas reliés directement au travail. Ainsi, en 2005, on évaluait à 11 minutes2 la période maximale durant laquelle un employé pouvait effectuer ses tâches sans être dérangé par les technologies de l’information, un chiffre qui a chuté à trois minutes à peine en 2013.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou