Qu'on le veuille ou non, les premières secondes sont toujours cruciales lors d'une rencontre…

Et si votre destin (professionnel) pouvait se voir dessiné en seulement sept secondes, seriez-vous à la hauteur de vos propres attentes? Aux prises avec une attention furtive souvent partagée entre l’écran d’ordinateur, celui de la tablette ou du portable, nous sommes tous devenus victimes d’un déficit d’attention sélectif. Cette observation est vraie pour les candidats, mais pensez-y, elle s’applique aussi aux employeurs.

Sept secondes

Vous rencontrez une personne pour la première fois. Durant les sept premières secondes, votre cerveau aura effectué des milliers d’analyses et vous vous êtes posé les questions suivantes :

  • Est-ce que cette personne semble honnête?
  • Puis-je lui faire confiance?
  • Est-elle compétente?
  • Dégage-t-elle de la confiance?
  • Sera-t-elle appréciée par l’équipe et le patron?
  • A-t-elle le charisme et l’autorité nécessaires?

Et nous ne sommes même pas allés dans l’apparence physique, la présentation, la poignée de main, la tenue vestimentaire, et j’en passe.

Ces sept premières secondes sont la fondation sur laquelle le reste de votre rencontre est bâti. Si ce moment débute avec une poignée de main moite, une tache de café sur votre chemise ou encore des chaussures pleines de boue vous êtes cuit!

Bon, je suis quelque peu dramatique. Mais soyez conscient que ce moment est crucial pour la suite des choses. La première impression du chasseur ou du client sera difficile à changer.

Sept pour cent

Les mots que vous utilisez ne comptent que pour sept pour cent de votre message. Eh oui, votre langage corporel, votre posture, votre expression faciale, le ton de votre voix comptent pour 93 %. Cela peut paraître un peu extrême, mais c’est vrai.

Une étude du professeur Albert Mehrabian datant de près d’un demi-siècle explique que 55 % de l’effet vient du langage corporel, 38 % du ton de la voix et 7 % des mots contenus dans le message. Cette étude, aussi connue sous le nom de mythe de Mehrabian, a été contestée depuis sa publication. Par contre, personne n’a réussi à véritablement renverser la théorie. Les pourcentages ont varié, mais sans plus.

Vous en voulez la preuve? Pensez à l’impression que faisait notre ancien premier ministre canadien, et maintenant comparez avec celle que dégage l’homme qui l’a remplacé. Cette observation se veut non partisane bien entendu : évoquez l’image des deux hommes, leur charisme et leur capital de sympathie auprès des électeurs, mais aussi auprès des médias. Pensez maintenant au président démocrate chez nos voisins du Sud et comparez-le avec le prétendant républicain actuel qui frise le scandale au quotidien. Vous voyez ce que je veux dire, tout se joue dans le ton, la prestance et le charisme.

La morale de l’histoire

Vous souhaitez créer un « buzz » dans un cocktail de réseautage, impressionner un futur employeur lors d’une entrevue ou marteler votre message dans la mémoire à long terme de votre auditoire lors d’une présentation? Alors rappelez-vous de ces quelques faits : les sept premières secondes comptent; commencez votre introduction par une image visuelle qui soit percutante et mémorable. Votre prestance physique et votre ton comptent plus que le choix de vos mots, alors faites ce que vos parents vous disaient de faire enfant et tenez-vous droit, regardez votre interlocuteur dans les yeux et offrez-lui une poignée de main ferme et sincère, sans pour autant lui broyer les os des phalanges, cela s’applique autant en entrevue d’emploi qu’avec le chasseur.

Vous souhaitez réagir, écrivez-moi; vos expériences permettront d’illustrer ces textes et de favoriser l’évolution de notre belle profession !