Article publié dans l'édition Été 2021 de Gestion


Jean Poitras, professeur titulaire au Département de gestion des ressources humaines de HEC Montréal.

La résolution des conflits d’équipe représente un défi pour la plupart des gestionnaires. Dans un contexte de télétravail, la situation peut se compliquer bien davantage. Jean Poitras, professeur titulaire au département de gestion des ressources humaines de HEC Montréal, propose des solutions.

Quels sont les types de conflits les plus fréquents au sein des organisations?

Il existe des conflits spontanés, sans gravité et temporaires, par exemple lorsqu’une personne est de mauvaise humeur. Quant aux conflits latents, ils ont des racines plus profondes et d’origine organisationnelle, par exemple des tâches mal définies, des attentes différentes par rapport au travail à accomplir, etc.

Comment peut-on résoudre ces divers conflits?

Dans le cas des conflits spontanés, une bonne gestion suffit généralement. Il faut calmer le jeu et, si nécessaire, favoriser la présentation d’une certaine forme d’excuses. Quant aux conflits latents, on doit non seulement les gérer mais aussi les prévenir. Il faut remonter à la source du problème et effectuer les ajustements nécessaires pour éviter que cela se reproduise. En fait, lorsque des mesures préventives sont prises dès la formation des équipes de travail, ces conflits ne surviennent pas.

Cela dit, on constate que, la plupart du temps, les gestionnaires laissent les employés se débrouiller pour régler leurs conflits. Ce faisant, les problèmes perdurent et la situation se dégrade, alors que si les gestionnaires étaient intervenus et avaient montré qu’ils étaient sensibles à la question, ils auraient résolu 50 % du problème sans devoir s’interposer.

 

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou