Article publié dans l'édition Hiver 2021 de Gestion

Les crises organisationnelles peuvent survenir en tout temps et de bien des manières. Trois études internationales explorent certaines dimensions de la gestion de crise ainsi que leurs conséquences pour les entreprises, les gestionnaires et les employés.

Ce qui stresse les pros des crises

Alors que bien des gestionnaires doivent s’adapter en catastrophe lorsqu’une crise survient, d’autres font plutôt leur spécialité de ces bouleversements, leur travail consistant justement à exercer un leadership en temps de crise. En adoptant cette approche, ils parviennent « à diriger les membres d’un groupe dans une situation soudaine et largement imprévue, intensément négative et épuisante sur le plan émotionnel1 ».


LIRE AUSSI : « Entretien avec Henry Mintzberg : pour rester calme au cœur de la crise »


Des chercheurs2 ont donc décidé d’étudier les facteurs de stress qui affectent ces pros des crises. Ils se sont entretenus avec 31 superviseurs stratégiques, tactiques ou opérationnels œuvrant dans diverses organisations (Croix- Rouge, corps de pompiers, autorités gouvernementales, forces armées, etc.), et ce, dans cinq pays européens (Allemagne, Espagne, Luxembourg, Lituanie et Autriche). En plus d’examiner divers facteurs de stress, ils se sont intéressés aux perceptions de ces gestionnaires au regard de ce qui leur est demandé, du contrôle qu’ils exercent (ou non) et du soutien dont ils bénéficient. Les chercheurs se sont aussi penchés sur les façons dont ces gestionnaires composent avec ce stress.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou