Article publié dans l'édition Hiver 2019 de Gestion

De nos jours, le succès est davantage attribuable aux performances de groupe qu’aux réalisations cumulées d’une série de personnes. On gagne en équipe... et on perd en équipe !

Les dynamiques d’équipe constituent un élément fondamental à examiner lorsqu’on veut comprendre les raisons pour lesquelles on obtient ou non du succès. Qu’on l’appelle chimie interpersonnelle, cohésion ou esprit d’équipe, le petit quelque chose qui distingue les groupes qui ont du succès peut parfois sembler bien mystérieux. Pourtant, cet élément n’est ni créé de toutes pièces ni bêtement plagié sur les réussites d’autrui. Cet ingrédient doit plutôt apparaître de lui-même au sein d’un groupe particulier. Mais comment favoriser cette émergence? Et si cela passait par le développement de l’intelligence émotionnelle collective?

Une notion controversée qui gagne en popularité

Le concept d’intelligence émotionnelle n’a pas suscité beaucoup d’enthousiasme lors de son introduction dans le domaine de la gestion. Élaboré au début des années 1990 et popularisé par le psychologue américain Daniel Goleman grâce à son essai paru en 19951, il n’a acquis ses lettres de noblesse que très récemment. De nos jours, on peut parler d’intelligence émotionnelle sans courir le risque d’être taxé d’ésotérisme. Signe de cette évolution, l’intelligence émotionnelle a été désignée comme une des dix compétences les plus recherchées pour avoir du succès lors du forum économique mondial de Davos en 2017. Bref, petit à petit, l’idée fait son chemin.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou