Article publié dans l'édition Hiver 2021 de Gestion

En réponse à la pression sociale et au risque croissant d’être accusées de ne pas contribuer au développement de la collectivité où elles évoluent, de plus en plus d’entreprises repensent leur raison d’être et leurs valeurs. S’agit-il d’un véritable exercice de réflexion qui servira à mobiliser leurs équipes ou d’une simple opération de relations publiques?

Même si, dans une entreprise, la mobilisation du personnel au moyen d’une raison d’être, de valeurs et d’une mission inspirante est une idée qui a du sens, elle va à contre-courant d’un mode de pensée profondément ancré dans le monde des affaires : la création de valeur pour les actionnaires. À ce sujet, on doit sans conteste rappeler les propos désormais célèbres de Milton Friedman, un des économistes les plus influents du XXe siècle, selon qui la seule responsabilité sociale de l’entreprise consiste à utiliser ses ressources et à orienter ses activités de la manière la plus profitable possible, et ce, dans les limites de ce qui est permis par les lois en vigueur1.


LIRE AUSSI : « Sous-performance de votre équipe : êtes-vous trop tolérant ? »


Il y a bien eu, en 2019, la signature d’un traité2 en vertu duquel des dirigeants de multinationales s’engageaient à adopter une approche plus responsable d’un point de vue social, mais ce geste demeure symbolique pour le moment : c’est même de la poudre aux yeux, titrait en août 2020 le Wall Street Journal, qui a analysé les véritables mesures mises en œuvre3. Une récente étude de PwC allait dans le même sens : si la plupart des dirigeants reconnaissent que la raison d’être de leur entreprise devrait occuper une place déterminante, seulement le tiers d’entre eux estiment que ce principe guide réellement les décisions de leur organisation4. Une autre étude publiée en 2020 met en lumière le fait suivant : les valeurs déclarées d’une organisation et celles qu’elle met en pratique sur le terrain peuvent être totalement différentes, voire contradictoires5. Tous ces constats mènent à ce précepte judicieux : la définition de la raison d’être et des valeurs de l’entreprise n’est pas un simple exercice isolé et ponctuel; il s’agit ni plus ni moins de développer une philosophie et d’établir la façon faire des affaires de l’organisation.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou