Le financement participatif gagne en popularité, et Ulule y contribue! 

Le sociofinancement a la cote. Cette forme de financement, parfois mieux connue sous son vocable anglophone de « crowdfunding », gagne en force et en crédibilité auprès du public et également auprès des instances financières et gouvernementales qui en ont reconnu l'existence et l'importance.


LIRE AUSSI:  Le sociofinancement : la revanche des petits

LIRE AUSSI : Le crowdlending comme vecteur de la croissance


Nombre de plateformes de financement participatif ont ainsi vu le jour au cours des dernières années, et parmi celles-ci, la française Ulule. Lancée à l'automne 2010 par Alexandre Boucherot et Thomas Grange, Ulule a crû à la vitesse grand V pour devenir aujourd'hui la première plateforme de sociofinancement européenne. Basée dans la Ville Lumière, Ulule a, à ce jour, financé près de 15 000 projets, pour un montant qui frôle les 68 millions de dollars, et avec un taux de succès de 68 % pour l'année en cours. Une belle réussite qui se propage aujourd'hui hors de l'Hexagone : la plateforme a étendu ses ailes à Barcelone et, depuis l'an dernier, à Montréal, grâce à un appui de la Banque Nationale.

La vision ululienne de la chose!

On peut se demander ce qui distingue le modèle d'affaires d'Ulule, si on le compare à celui de ses principaux compétiteurs que sont, par exemple, KissKissBankBank en Europe et KickStarter, le leader mondial dans le domaine. D'abord, la plateforme se caractérise par un spectre assez large de projets financés : ce peut être des projets de création, des projets à caractère innovant ou qui s'’incluent dans une démarche citoyenne. À titre d'exemple, le plus grand montant amassé par exl'entremise d'Ulule, soit tout près d'un million de dollars, a servi à la production d'un film basé sur la web-série Noob.

Ulule, c'est donc un médium de financement crédible et efficace, mais c'est surtout une communauté sans laquelle la plateforme perdrait de sa valeur ajoutée. Car Ulule, c'est aussi plus de 1,2 million de membres, éparpillés dans 190 pays, et qui sont en mesure d'apporter une contribution positive, au-delà de l'aspect financier, aux projets proposés. Comme le signale au passage Alexandre Boucherot dans l'entrevue placée en tête d'article (disponible également sur notre chaîne YouTube), la communauté est le maillon fort d'une campagne de sociofinancement, et ce à bien des points de vue. Une communauté active et impliquée dans un projet permet d'en apprécier la pertinence et l'intérêt, bien évidemment. Mais surtout, les membres de la communauté peuvent être appelés à apporter des opinions, des critiques, voire même des suggestions, qui pourront éventuellement permettre au porteur du projet de rajuster le tir chemin faisant.

D'où l'importance, nous dit Alexandre Boucherot, de bien communiquer avec les membres de sa communauté : « [Il faut aussi] bien documenter la gestation de son projet. Il faut toujours savoir que quelqu'un qui participe à une campagne de sociofinancement, il veut être intéressé par la contrepartie, mais il a envie aussi de rentrer dans les coulisses du projet. Et ça, il faut le documenter, raconter ce qui fait la petite histoire du projet, les hauts et les bas d'ailleurs! »

La chouette voit loin!

Avec ses antennes catalanes et québécoises, Ulule s'est donc engagée dans un processus de diversification géographique. Mais l'entreprise n'entend pas relâcher ses efforts et vient tout juste de lancer un nouveau service, Okpal, qui vient, en quelque sorte, compléter l'offre d'Ulule. Okpal, c'est également une plateforme de sociofinancement, mais celle-ci expresse! En deux minutes, il est désormais possible de mettre sur pied une campagne à partir de son téléphone intelligent, mais toutefois sans contrepartie versée aux donateurs, sans délai et sans obligation d'atteindre un objectif quelconque. Bref, l'idéal pour les projets qui n'entrent pas dans le registre d'Ulule ou qui prennent la forme de simples collectes de fonds à caractère privé.

Bien implantée sur le Vieux Continent, Ulule s'ouvre désormais aux projets d'ici, par l'entremise de son site canadien. Jetez un œœil aux projets présentés par des gens de chez nous! Qui sait? Peut-être aurez-vous un coup de cœœur!