Article publié dans l'édition Automne 2019 de Gestion

L’industrie 4.0, sujet de l’heure dans le monde universitaire et industriel, fait miroiter des gains importants de productivité et d’efficacité pour les organisations. Toutefois, cette transition technologique demeure un processus évolutif que les PME manufacturières ont très inégalement intégré pour le moment.

Concrètement, le concept de « révolution industrielle 4.0 » renvoie aux nouvelles technologies numériques comme l’Internet des objets, l’intelligence artificielle, l’infonuagique et les mégadonnées, qui ont des répercussions sur les entreprises et sur les organisations en général, tout particulièrement en ce qui a trait au développement de la robotique, de l’apprentissage automatique et de l’usine intelligente.


LIRE AUSSI : « L'intelligence artificielle au service de l'industrie forestière »


Nos plus récents travaux1 permettent de mieux comprendre les motivations des gestionnaires de PME manufacturières québécoises à embrasser ce virage technologique, les défis qui les attendent et les divers stades de développement qui caractérisent ce processus de transition technologique.

L’usine intelligente, symbole parfait du passage au numérique

Le concept d’usine intelligente propose une nouvelle architecture manufacturière, symbole de modernité pour bon nombre d’entreprises. En créant de nouveaux écosystèmes numériques, les entreprises dites 4.0 sont aujourd’hui en mesure d’améliorer et d’assouplir leurs méthodes et leurs procédés de production en les reliant à l’aide de systèmes d’information. Grâce à des dispositifs numériques, les infrastructures disposées en réseaux génèrent des données et facilitent l’intégration d’objets physiques, de machines intelligentes et de personnes.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou