Moins souvent abordé en gestion, le thème de la justice revêt pourtant une importance capitale dans les organisations. Les employés y sont particulièrement sensibles, et l’injustice peut avoir de véritables conséquences sur leur santé ou leur performance. Quels sont les grands éléments qui vous permettront de passer de juste patron… à un patron juste ?

La justice est un thème complexe qui mène bien souvent à des débats enflammés. Si les philosophes, les psychologues et les sociologues ont tenté de déterminer ce qui est juste, aucun groupe ne peut prétendre, à notre époque, avoir le monopole de la compréhension de la justice. Cela est d’autant plus complexe que la notion de justice est aussi affaire de perception.

Le monde du travail n’échappe pas aux enjeux de justice. Lorsqu’on y pense, une multitude de situations organisationnelles amènent à poser la question de ce qui est juste : l’allocation du plus grand bureau, la répartition de l’horaire de travail entre les employés, le partage de la rémunération, l’uniformité dans les sanctions disciplinaires, etc. Si la justice est beaucoup moins connue et moins abordée que d’autres thèmes accrocheurs dans le monde de la gestion, les chercheurs la reconnaissent depuis plusieurs décennies comme un élément incontournable de toute philosophie de gestion. Ses effets sur l’engagement organisationnel, la santé physique et psychologique, le roulement de personnel et la performance sont d’ailleurs démontrés dans de nombreux travaux scientifiques. Une équipe où règne l’injustice connaîtra inévitablement un climat de méfiance et des comportements contre-productifs.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 0,00 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou