Nommé meilleur penseur en management au monde1 en 2017, Roger L. Martin a élaboré le concept de la pensée intégrative, une manière créative d'aborder la résolution de problèmes. Gestion s'est entretenue avec l'ancien doyen de la Rotman School of Management de l'Université de Toronto, aujourd'hui directeur du Martin Prosperity Institute for Corporate Citizenship.

Gestion : Comment la pensée intégrative change-t-elle notre façon de prendre des décisions ?

Roger Martin : Lorsque j’ai commencé à travailler, mon objectif était très clair : rendre les gens conscients de l’existence d’un plus grand nombre de solutions possibles au-delà des plus évidentes. En général, on a le choix entre deux options. Or, même si aucune ne nous convient, on croit devoir absolument choisir parmi celles-ci. En tant qu’adultes, on pense même avoir cette obligation formelle.


LIRE AUSSI: Communautés et entreprises : un nouveau rôle à jouer pour le gestionnaire


En ce qui me concerne, l’opposé est de loin préférable. Lorsqu’aucune des réponses envisageables ne fait l’affaire, on doit prendre du recul, s’engager dans un tout autre processus et proposer d’autres options. Je veux que les gens sachent qu’ils ont vraiment le pouvoir d’agir, qu’ils peuvent faire mieux et différemment.

Dans votre livre, Creating Great Choices2, vous dites que les options les plus opposées constituent souvent les meilleures solutions. Pourquoi cette tension est-elle importante dans la prise de décision ?

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou