Le nombre d’entreprises québécoises cotées en Bourse est en chute libre depuis plusieurs années. Ce déclin se fait aussi sentir au Canada et aux États-Unis. Pourquoi la Bourse fait-elle aussi peur ?

Par Jean-François Venne est journaliste

 « C’est parce que je suis entré en Bourse que j’ai pu faire des acquisitions, générer de la croissance et construire une entreprise performante dont la valeur a explosé », se réjouit Marcel Bourassa, président et chef de la direction de Savaria.

Fondée en 1979 et achetée pour 200 000 $ par Marcel Bourassa en 1989, Savaria vaut maintenant plus de 650 millions de dollars. Établi à Laval, ce concepteur et fabricant de produits de mobilité personnelle (sièges mobiles d’escalier, plates-formes élévatrices, ascenseurs, lève-patient, etc.) est entré en Bourse en 2002.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou