Article publié dans l'édition Printemps 2014 de Gestion

Les plus grands progrès en termes de transformations sociales, comme l’avènement de la démocratie ou l’arrivée des femmes dans le monde du travail, impliquent souvent des changements qui touchent plus ou moins directement l’identité des uns et des autres, suscitant parfois de fortes réactions.

Il en va de même pour les changements introduits à l’échelle organisationnelle : qu’ils soient ou non perçus comme un progrès, ils viennent eux aussi heurter à l’occasion des récifs identitaires. On le constate souvent dans les réactions aux changements considérés comme négatifs : que ce soit, par exemple, dans les débats suscités par la nomination d’un instructeur unilingue anglais à la tête de l’équipe de hockey des Canadiens, ou dans le malaise ressenti par rapport à l’évolution de Radio-Canada d’un service public vers un concurrent des chaînes privées.


LIRE AUSSI : « Comprendre et mieux gérer les individus en situation de changement organisationnel »


Cependant, même lorsqu’il s’agit d’un changement perçu par plusieurs comme neutre (tel qu’un changement technique dans les processus, les méthodes ou les objectifs de travail), ou comme positif (tel que l’intégration de femmes et de citoyens issus de l’immigration dans les forces de police), naviguer dans les eaux du changement sans prendre en compte les récifs identitaires est une affaire risquée.

On peut alors évoquer de façon vague, et souvent négative, la résistance au changement. En fait, cette résistance au changement peut parfois représenter pour le gestionnaire une rétroaction précieuse à ne pas négliger1. Pour le gestionnaire qui cherche à cerner la source des résistances, il s’agit de comprendre le contexte du changement et les différentes préoccupations générées par le changement ou par la façon de l’introduire2. Or, une des sources significatives de résistance concerne la façon dont l’identité est affectée par un changement3.

Toutefois, il reste à préciser ce que cela implique pour le porteur du changement. C’est ce que cet article se propose de faire. Dans un premier temps, nous présentons le problème, à savoir ce que sont les menaces identitaires et leurs impacts potentiels. Dans un deuxième temps, nous abordons des conditions de succès à considérer et les balises auxquelles prêter attention lorsque se produit un changement afin de prévenir ou d’atténuer les menaces identitaires. Enfin, nous faisons quelques mises en garde éthiques et pratiques relativement aux changements qui touchent directement l’identité.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou