Article publié dans l'édition Hiver 2014 de Gestion

Dans une économie de plus en plus axée sur le savoir, les organisations se livrent une chaude bataille afin d’attirer des travailleurs qualifiés, nécessaires à la réalisation de leurs objectifs stratégiques et opérationnels. Cette « guerre des talents » est d’autant plus vive dans les pays ou les régions qui connaissent une pénurie de main-d’œuvre qualifiée.

Il devient dès lors fondamental pour les organisations de déployer les meilleures stratégies et pratiques pour attirer les candidats compétents. Parmi les employés qualifiés potentiels se trouvent les finissants universitaires. Les employeurs sont en effet nombreux à les solliciter, notamment à travers des salons de l’emploi ou par l’offre de stages dans leurs organisations. Face à une diversité de choix, cette catégorie de travailleurs devient de plus en plus exigeante, ce qui rend leur attraction difficile. Par ailleurs, les finissants universitaires, qualifiés et souvent issus de la génération Y, présentent des caractéristiques particulières. Il convient donc de s’intéresser à ce qui peut les amener à postuler dans une organisation.


LIRE AUSSI : « Emmanuelle Duez : miser sur la génération Y en entreprise »


Cet article a pour objectif de répondre à cette préoccupation majeure des employeurs quant à l’attraction des finissants universitaires. En effet, dans un contexte de rareté du personnel, les employeurs doivent impérativement améliorer leur pouvoir d’attraction auprès des candidats potentiels, et ce, surtout auprès des finissants universitaires, souvent jeunes. Quels facteurs ces derniers considèrent-ils comme importants pour poser leur candidature dans une organisation ?

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou