Article publié dans l'édition Automne 2019 de Gestion

Peut-on relever les défis du développement organisationnel et personnel en favorisant une plus grande autonomie des employés au travail ? Oui, mais de quelle manière ? Une étude suisse tente de répondre à cette question.

Depuis quelques années, on entend de plus en plus parler d’« holacratie1 », de « sociocratie2 », d’entreprise « libérée3 », d’organisation « opale4 » et de partage du pouvoir avec les employés. Ces nouveaux modèles de gouvernance sont tous fondés sur l’autonomie laissée aux travailleurs.


LIRE AUSSI : « Comment accroître son pouvoir organisationnel ? »


Ils visent à donner plus de pouvoir de décision aux gens, parfois même à supprimer les postes de chef. L’autogestion des équipes et l’autonomie au travail ne sont pas des concepts nouveaux : ils découlent en particulier de la théorie Y5 ou du concept des équipes autorégulées6. Alors, pourquoi émergent-ils aujourd’hui ?

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou