Article publié dans l'édition Printemps 2019 de Gestion

Hansen, M. T., Great At Work – How Top Performers Do Less, Work Better, and Achieve More, New York, Simon & Schuster, 2018, 310 pages.

Hansen, M. T., Great At Work – How Top Performers Do Less, Work Better, and Achieve More, New York, Simon & Schuster, 2018, 310 pages.

Pourquoi certains travailleurs sont-ils plus productifs que d’autres ? Vaste question à laquelle l’auteur et conférencier américain Morten T. Hansen s’est intéressé. Son dernier ouvrage met en lumière les « sept pratiques intelligentes au travail » des travailleurs les plus performants et constitue un véritable guide sur l’art d’en « faire moins, de travailler mieux et de produire davantage ».

Travailler mieux plutôt que plus

« La plupart des gens croient que travailler davantage est la clé du succès », écrit Hansen, professeur de gestion à l’Université de Californie à Berkeley. « Or, le talent, l’effort et la chance, ça n’explique pas tout. » Le chercheur a observé qu’à aptitudes et à talents égaux, les travailleurs n’ont pas tous le même rendement. La différence se trouve dans l’art de faire son travail avec maîtrise et intelligence.


LIRE AUSSI : « Performance versus satisfaction, qui l'emporte ? »


« Travailler intelligemment signifie qu’on doit maximiser la valeur de son travail en sélectionnant quelques activités et en faisant un effort ciblé pour les réaliser. » L’étude qu’il a menée avec son équipe dans 15 secteurs d’activité et à propos de 22 métiers lui a fourni le matériau nécessaire à sa réflexion. De l’analyse des habitudes de travail, il a fait ressortir sept comportements spécifiques.

La maîtrise de son travail

Comment en arrive-t-on à maîtriser son travail ? « Dans notre étude, nous avons constaté que les employés qui choisissaient quelques priorités clés et qui déployaient des efforts considérables pour accomplir ces tâches le mieux possible surpassaient de loin ceux qui se fixaient un nombre plus élevé de priorités. »

Premier conseil : se demander quelles tâches on peut abandonner afin d’exceller dans les autres.

Deuxième astuce : redéfinir les tâches clés en se concentrant sur les activités qui maximisent la valeur de son travail. « Le conseil selon lequel il faut commencer par les objectifs lors de la planification d’une tâche est mauvais : on doit commencer par la valeur puis passer aux objectifs. On peut ainsi déterminer les véritables avantages de ses diverses activités professionnelles », soutient l’auteur.

Amélioration, passion, contribution

Troisième conseil : les personnes qui progressent le mieux évaluent les résultats, sollicitent de la rétroaction et corrigent leurs lacunes. Ainsi, lorsqu’on doit développer une seule compétence, il peut être utile de se « demander laquelle améliorera le plus notre performance », fait valoir l’auteur.

Quatrième astuce : au lieu de suivre sa seule passion, on doit l’orienter en fonction d’un but. « La passion consiste à faire ce qu’on aime, alors que le but consiste à apporter une contribution autour de soi », avance M. Hansen. Cette étude montre en fin de compte que les gens qui « font correspondre » la passion et le but performent mieux que ceux pour qui l’un a plus d’importance que l’autre.


LIRE AUSSI : « 7 moyens de renforcer l'engagement de vos employés »

La performance en équipe : trois pratiques liées à la collaboration

L’auteur a en effet observé que de nombreux dirigeants entretiennent l’idée selon laquelle il suffit de travailler dur, se contentant d’exiger de plus gros efforts de la part de leurs subalternes.

Cinquième principe : devenir des leaders productifs. Selon l’auteur, les employés plus productifs sont « des champions énergiques » dotés du pouvoir de convaincre autrui et de soutenir les efforts de tous au travail.

Sixième pratique : susciter un débat dans l’équipe en acceptant que chacun exprime ouvertement son point de vue. L’équipe doit ensuite se rallier derrière la décision finale.

Septième conseil : il faut chercher à établir des objectifs communs et mesurables.

L’auteur conclut son ouvrage en affirmant que le fait de « travailler plus intelligemment – en tirant plus de valeur des heures travaillées au lieu de fournir plus d’heures de travail – mène à de meilleures performances ainsi qu’à un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée ».