Vous ne savez plus comment inciter les membres de votre équipe à collaborer. Certains cherchent même à faire de l’ombre à leurs collègues en s’attribuant plus que leur part de mérite pour les succès collectifs. Et si cette problématique sous-tendait autre chose que des personnalités individualistes ou narcissiques ? Se pourrait-il que les comportements observés ne soient que la pointe de l’iceberg ?

On idéalise souvent le travail en équipe. On s’attend à ce que ce mode d’organisation entraîne un effet de synergie et une efficacité accrue. Toutefois, la réalité n’est pas toujours aussi idyllique. Certains comportements et certaines dynamiques de groupe peuvent faire obstacle à l’efficacité des équipes. Dans un tel contexte, le premier réflexe consiste souvent à blâmer les individus en présumant qu’ils ne possèdent pas les compétences nécessaires ou qu’ils cherchent délibérément à nuire à l’efficacité collective. Bien que ces hypothèses soient parfois fondées, d’autres facteurs peuvent contribuer à l’apparition de comportements contre-productifs au sein d’une équipe. Avec un peu de recul et en adoptant une perspective plus globale, ce qui semblait être, de prime abord, un cas d’« employé problème » peut cacher une réalité d’un tout autre ordre.

Avant de sauter à la conclusion que la source du problème est strictement individuelle, il convient d’évaluer l’impact possible de certains facteurs propres à l’environnement de l’équipe. Dans certains cas, la culture organisationnelle, les politiques, les programmes et les pratiques de gestion peuvent également alimenter les comportements contre-productifs.

Adopter une perspective globale

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou