Article publié dans l'édition Printemps 2012 de Gestion

Connaissons-nous nos forces ? Avons-nous l’occasion de les mettre à profit quotidiennement au travail ? Si notre réponse est hésitante, cela est tout à fait normal.

En effet, certaines études montrent que seulement le tiers d’entre nous sont capables de nommer spontanément leurs forces1 et uniquement 17 % croient les mettre à profit la plupart du temps au travail2. Pourquoi ces proportions sont-elles si faibles ?

Il est difficile de répondre avec précision à cette question. Pourtant, nous connaissons bien nos faiblesses, car nous avons appris à leur accorder une attention prioritaire et à investir temps et énergie pour les corriger afin d’accroître notre performance.


LIRE AUSSI : « Comprendre les tensions de rôles afin de mieux les prévenir et de contribuer au bien-être des employés »


Cependant, bien que louable, cette habitude comporte un revers important. En mettant constamment l’accent sur nos faiblesses et en tenant nos forces pour acquises, nous n’apprenons pas à bien les connaître, les développer et les exploiter. Paradoxalement, nos forces constituent nos zones de rendement maximal.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou