La tendance à consommer moins est encore balbutiante, mais ce changement de comportement pourrait avoir d’importantes conséquences pour les organisations qui n’auraient pas su l’appréhender. Stratège auprès de dirigeants depuis plus de 30 ans, Eric Noël nous donne quelques pistes pour mieux comprendre ce courant.

Pilier de notre économie, la consommation des ménages attire toutes les attentions. Soutenue artificiellement par les gouvernements dès les premiers signes d’une crise, stimulée par des rabais omniprésents et le recours à l’endettement, elle rapporte aussi des milliards à l’État en recettes fiscales.

Ce système, qui a fait preuve de résilience au fil du temps, n’en est pas moins à la merci des changements économiques, technologiques et sociodémographiques, dont certains sont déjà en cours. Du retour de l’inflation à l’écoresponsabilité, le prospectiviste Eric Noël a identifié huit facteurs susceptibles de transformer les habitudes des consommateurs et de réduire leurs achats.

«J’ai toujours trouvé que nous étions, en tant qu’économistes, trop concentrés sur le pouvoir d’achat, sans réfléchir au “vouloir d’achat”», explique-t-il. Pourtant, de nouvelles façons de consommer ont le vent en poupe dans nos sociétés, où le bien-être ne se traduit plus nécessairement par un besoin matériel. Et l’arrivée de la pandémie de COVID-19 a permis à tout le monde de sentir les effets d’une certaine frugalité, voire de trouver satisfaction dans la privation.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou