Les personnes marginalisées seraient davantage victimes d’incivilités dans les milieux de travail que celles qui sont issues de groupes majoritaires, au point où on en vient à se demander si ces comportements irrespectueux n’entravent pas tous les efforts déployés pour favoriser la diversité et l’inclusion dans les organisations.

Accroître la diversité au sein du personnel est un objectif que se fixent la plupart des organisations modernes. Cependant, les plus avisées réalisent dorénavant que le simple fait de recruter en fonction de la diversité n’est pas suffisant1. En effet, l’inclusion s’avère essentielle pour créer des relations de grande qualité entre les membres d’un groupe2 et favoriser la satisfaction au travail, l’engagement, la performance et le bien-être de l’ensemble des employés.

On parle d’«inclusion» lorsque les employés ont un sentiment d’appartenance et perçoivent que leur contribution est valorisée. Les affronts interpersonnels, l’absence de considération pour l’autre et le manque de respect peuvent compromettre l’inclusion. Les gestionnaires doivent reconnaître que les petits gestes d’impolitesse, surtout lorsque les différences individuelles sont perçues comme en étant la cause, peuvent faire dérailler les efforts de leur organisation en matière de diversité et d’inclusion, en plus d’avoir un impact dommageable sur les employés.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 3,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 45$/an

Ou