Article publié dans l'édition Automne 2020 de Gestion

Repositionner son entreprise au carrefour de l’économie et de l’humanisme : voilà un processus qui ne peut pas s’envisager sans tenir compte des valeurs qui contribuent à la construction d’un monde meilleur. Votre entreprise incarne-t-elle ces valeurs? Et vous, êtes-vous un leader progressiste?

Ce qui détermine le succès ou l’échec d’une entreprise a souvent trait à sa culture organisationnelle. Cette culture se construit au fil du temps grâce à l’acquisition de façons de faire, de façons d’être et de convictions qui témoignent des valeurs véhiculées de façon explicite ou implicite par l’entreprise. Il faut évidemment distinguer les valeurs qu’on affiche et celles qu’on incarne véritablement1. Par exemple, l’intégrité, bien que proclamée haut et fort par de nombreux dirigeants, est souvent contredite par des agissements déviants comme des malversations. Qu’elle soit conservatrice ou progressiste, une entreprise a tout intérêt à définir ses valeurs : elle en a besoin pour recruter et mobiliser son personnel, pour prendre des décisions et pour mettre en œuvre sa stratégie.


LIRE AUSSI : « Repenser l’entreprise de l’après-COVID-19 »


L’entreprise progressiste, dont la raison d’être est tant sociétale qu’économique, ne pourra être fidèle à sa vision fondatrice que si elle adopte les valeurs de l’humanisme (respect, ouverture, bienveillance, etc.). Ainsi, une entreprise qui élabore sa stratégie en fonction de l’économie circulaire devra faire preuve non seulement d’un respect absolu à l’égard de la nature et des ressources mais aussi d’un sens aigu de l’équité et de la solidarité envers ses partenaires de la chaîne de production et envers les générations futures.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou