Depuis plus de 15 ans, les organisations ont recours à des objectifs d’équipe ainsi qu’à des récompenses partagées entre les membres dans le but de stimuler les échanges ainsi que la production et la qualité du travail. Or, quels en sont les avantages et les inconvénients ? Et quelles sont les conditions nécessaires pour qu’un tel processus collectif fonctionne ?

Les objectifs de groupe sont de plus en plus utilisés, parfois avec un avantage collectif à la clé. Par exemple, il peut s’agir d’un nombre de choses à produire, d’un degré de satisfaction de la clientèle à atteindre ou du temps requis pour effectuer une tâche ou un projet. Mais ces systèmes fonctionnent-ils ? Sait-on s’ils augmentent vraiment la performance et s’ils entraînent une meilleure qualité du travail ? Qu’apportent-ils de plus que le système classique, dont les objectifs sont individuels ?

Pour répondre à ces questions, nous avons interrogé 71 personnes dans deux organisations différentes : 46 personnes dans une entreprise du secteur des communications (centres d’appels et vente en magasin) et 25 dans un groupe hôtelier (réception, restaurant, direction). Dans ces deux organisations, les objectifs d’équipe concernent principalement la satisfaction du client. D’autres objectifs sont spécifiques à chaque équipe (durée des communications téléphoniques pour les centres d’appels, nombre de cartes de fidélité vendues à la réception dans les hôtels, chiffre d’affaires de chaque magasin, par exemple). Fondée il y a 15 ans, l’entreprise de communication a instauré un système d’objectifs et de récompenses de groupe il y a deux ans, tandis que le groupe hôtelier, bien établi depuis plus de 40 ans, utilise des objectifs d’équipe depuis presque toujours.

Avantages et inconvénients

Dans la plupart des cas, il apparaît que le travail avec des récompenses et des objectifs collectifs mène avant tout à un meilleur esprit d’équipe, à de l’entraide et à un partage des compétences. Les individus se sentent plus soudés, s’entraident davantage et partagent leur savoir-faire. Ce système améliore la communication pour mieux se mutualiser. Il s’agit là d’un avantage important pour les organisations. Ce système rend aussi les individus plus concernés par leur travail. Finalement, il incite les individus à se motiver les uns les autres pour y arriver. Ces pratiques suscitent donc une automotivation au sein du groupe.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou