Le stress de vos équipes et les risques psychosociaux associés vous préoccupent ? Vous n’êtes pas les seuls. Les gestionnaires des ressources humaines et les administrateurs se doivent aujourd’hui d’en suivre et d’en contrôler l’évolution. Néanmoins, les outils pour y parvenir et les conditions dans lesquelles on doit y recourir ne sont pas toujours suffisamment connus. Voici comment y voir plus clair.

Au canada, 27 % des employés disent ressentir un niveau de stress élevé1. Au Québec, ce phénomène touche près des deux tiers des employés2 et entraîne en moyenne une perte de productivité de 40 %. C’est pourquoi l’instauration et le maintien d’un bon climat social sur les lieux de travail est un axe d’action prioritaire pour les entreprises.

Méthodes et ressources : vos options

Pour préserver un bon climat social, on a aujourd’hui recours à deux méthodes, l’une qualitative, l’autre quantitative. La démarche qualitative consiste à recueillir de l’information sur le climat social grâce à la réalisation d’entretiens avec les employés. Elle présente l’intérêt de fournir aux gestionnaires des renseignements précis et riches. Cependant, la réalisation d’entretiens prend du temps : on accédera donc uniquement aux ressentis d’un plus petit groupe de salariés, mais les résultats obtenus ne seront pas toujours généralisables.

La démarche quantitative s’appuie quant à elle sur des questionnaires adressés à tous les employés afin de collecter un maximum d’informations sur l’état du climat social au travail. Elle permet d’obtenir des résultats représentatifs à l’échelle de l’entreprise, mais elle pose le risque d’une surabondance d’informations difficilement exploitables. Dès lors, l’exhaustivité des données recueillies menace de submerger les gestionnaires, sans qu’ils soient en mesure d’en tirer des plans d’action concrets.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou