Si nous voulons que nos entreprises réussissent à innover et à mobiliser les jeunes générations, notre conception du leadership centré sur un seul individu doit évoluer au profit de pratiques de gestion où l’intelligence collective occuperait enfin la place qui lui revient.

La conception que l’on se fait du leadership a non seulement des répercussions sur les façons de décider, de mobiliser et de communiquer mais aussi des conséquences sur la qualité des décisions et sur l’efficacité de leur mise en œuvre. Or, depuis le début de l’ère industrielle, la façon de concevoir le leadership dans les entreprises n’a pas évolué au même rythme que les évolutions technologiques, sociales et organisationnelles. Le leadership est encore généralement conçu comme l’ascendant d’un individu – celui qui détient l’autorité – sur les autres, et ce, en fonction de ses qualités et de ses comportements, sans prendre en compte la dimension collective du processus d’influence. Pourtant, dans notre monde hyperconnecté, devenu un village global de plus en plus interdépendant, informé et peuplé, la complexité des défis sur tous les fronts exige d’élargir cette conception. Cependant, force est de constater qu’au lieu de rassembler toutes les intelligences et de mobiliser tous les efforts autour des enjeux communs, on observe trop souvent la fragmentation des rôles et des responsabilités, la création de silos, la surspécialisation des expertises, la protection des territoires et la complication bureaucratique des processus décisionnels.

Une conception centrée uniquement sur l’individu laisse de côté tout ce qui a trait à la valeur collective du leadership, c’est-à-dire la capacité consolidée des membres et des partenaires d’un groupe à se concevoir comme une puissance d’influence conjointe dans la réalisation de leur ambition commune et à agir comme tel.

Mettre à contribution le leadership de tous

Afin que les entreprises réussissent à créer des avantages concurrentiels supérieurs ainsi qu’à attirer et à mobiliser les jeunes générations, il nous faut innover dans nos pratiques de gestion, favoriser la collaboration et l’engagement, exploiter la richesse du talent présent au sein de l’organisation. Bref, il nous faut passer à l’« ère post-héroïque du leadership ».

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou