Article publié dans l'édition Automne 2021 de Gestion

Charismatiques et visionnaires, des leaders nous marquent souvent en raison de leur personnalité flamboyante, de leur éloquence et de leur assurance. Faut-il alors s’étonner que plusieurs gestionnaires soient réticents à se comporter avec humilité? Et pourtant, une majorité d’employés apprécient les dirigeants qui osent en faire preuve.

Comment concilier la crainte de paraître plus ou moins vulnérable et la préférence d’un grand nombre d’employés pour les gestionnaires qui exercent un leadership empreint d’humilité? Afin d’y voir plus clair, tâchons d’expliquer en quoi consiste ce style de leadership.

Le mot humilité tire son origine du latin humus, qui signifie «terre», et d’humilis, c’est-à-dire «près du sol». Autrement dit, l’humilité désigne le fait d’être ancré dans son environnement et de reconnaître l’existence de quelque chose de plus grand que soi. Depuis des millénaires, les grandes religions du monde considèrent l’humilité comme une des vertus sur lesquelles reposent le développement et la croissance des êtres humains, ce que de nombreux philosophes ont eux aussi affirmé au fil des siècles. Parfois confondue avec la modestie, l’humilité n’implique pas de se rabaisser soi-même ou de réduire l’importance de ses propres réalisations. Au contraire, l’humilité consiste à porter un regard juste sur soi et sur les autres ainsi qu’à vouloir sans cesse approfondir ses connaissances.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou