Instinct, discipline, expertise, habileté politique, ténacité sont des qualités traditionnellement associées aux leaders performants. Cependant, des mots comme sincérité, empathie et compassion font leur apparition dans le vocabulaire, décrivant un nouveau type de gestionnaire : le leader authentique. 

Il mène avec son cœur comme avec sa tête et prend des décisions respectant ses valeurs. Capable de se faire confiance, le leader authentique ne s’efforce pas d’être le gestionnaire idéal selon les autres : il reste fidèle à lui-même et à ce en quoi il croit. « On exerce notre leadership avec la personnalité qu’on a. La meilleure chose qu’on puisse faire pour réussir à tirer notre épingle du jeu, c’est d’être vrai », affirme Éric Brunelle, professeur agrégé au Département de management de HEC Montréal.

Le leader authentique construit sa légitimité par le biais de relations honnêtes avec les gens. Plutôt que de se laisser guider par les attentes d’autrui, il cherche à être la même personne au travail et à la maison. Les leaders authentiques sont généralement des gens positifs qui ont une perception réaliste d’eux-mêmes et qui font la promotion de l'ouverture d'esprit.

La conscience de soi, point de départ de l’authenticité

Pour arriver à diriger de façon authentique, « il faut se connaître comme personne, connaître nos défauts et nos angles morts », précise Éric Brunelle.

Faire preuve de conscience de soi implique, certes, de reconnaître nos forces et nos faiblesses. Il faut également s’engager à apprendre en continu. Lorsque le leader est capable d’observer ses comportements et de comprendre comment il fonctionne, il est plus à même de s’entourer des bonnes personnes, de connaître ses limites et de saisir les meilleures occasions pour lui. Cette conscience de soi est le point de départ du développement des autres qualités requises pour exercer un leadership authentique.


LIRE AUSSI : « Du charisme à l'authenticité »


Les autres piliers du leadership authentique

Le leader authentique doit faire preuve de transparence relationnelle, c’est-à-dire être honnête et direct dans ses rapports avec les autres. Il n’a pas d’intention déguisée et donne toujours l’heure juste à son équipe. « On sait qu’il n’est pas parfait, mais on sait aussi que ce qu’il nous dit est vrai », dit Éric Brunelle. De plus, le leader authentique a un fort sens de l’éthique et son souci de l’équité guide ses décisions. Il n’est pas impulsif et n’a pas de motivation secrète. Très ouvert, le leader authentique sait développer sa pensée et discute de ses plans avant de les exécuter.

Les répercussions sur la mobilisation des employés

Un employé mobilisé est d’abord un employé en confiance. « Quand on a un patron authentique, cela mène à une relation de confiance, qui se concrétise par une plus grande proximité et un lien plus fort avec son personnel. Le patron peut alors exercer plus de leadership et les employés l’accepteront », souligne le professeur. Le leader authentique crée un climat de confiance en montrant qu’il est transparent et qu’il agit toujours de manière cohérente avec ses propos. Le leader authentique développe ainsi des liens sincères avec les gens et construit avec eux des relations à long terme.


LIRE AUSSI : « La mobilisation des employés, une préoccupation constantes de nos organisations »


3 conseils pour mobiliser vos employés grâce au leadership authentique

1. Remettez-vous en question

Le gestionnaire qui veut être un leader authentique doit « se donner le droit de penser l’impensable », avance Éric Brunelle. Posez-vous des questions sur vous-même et tentez d’y répondre honnêtement. Ai-je un besoin de contrôle dont je ne me rends pas compte? Mes décisions sont-elles toujours en harmonie avec mes valeurs?

2. Soyez prêt à entreprendre une démarche à long terme

Éric Brunelle rappelle que devenir un leader authentique, ce n’est pas l’affaire d’une journée. « Toutes les expériences vécues sont des sources potentielles d’apprentissage sur soi », ajoute-t-il. Par exemple, vous pouvez écrire dans un journal les situations que vous vivez, ce que vous ressentez et les apprentissages que vous avez faits. Plus tard, vous pourrez y revenir pour en tirer des leçons. L’apprentissage sur vous-même en continu est essentiel.

3. Prenez le temps de faire un bilan

Environ une fois par année, il est pertinent de prendre du temps pour mener une réflexion en profondeur sur la personne que vous êtes, à la fois comme individu et comme leader. « Ça n’arrivera pas tout seul. Il faut se donner une occasion ou un contexte propice à ce genre de réflexion », rappelle Éric Brunelle. C’est lors de ce temps d’arrêt que vous pourrez réfléchir à des questions plus personnelles. Vais-je dans la bonne direction? Est-ce cohérent avec mes objectifs de carrière? Est-ce en harmonie avec mes valeurs?