Le virage vers la finance durable n’affectera pas que les grandes entreprises. Les nouvelles normes et les exigences en ce qui a trait aux facteurs ESG percoleront jusqu’aux PME. Celles qui s’y prépareront bien pourront profiter de ces changements pour se démarquer et se donner un avantage stratégique.

La manière dont les critères ESG fraieront leur chemin dans ces entreprises demeure incertaine. «Nous verrons dans certains cas une volonté claire de la direction d’intégrer les facteurs ESG, mais je ne crois pas que ce sera la voie prédominante au départ», estime Julien Le Maux, professeur titulaire au Département de sciences comptables de HEC Montréal.

Selon lui, l’intégration de la finance durable dans les PME se produira plutôt en réaction à des pressions provenant des clients, des investisseurs et des travailleurs. «Les exigences ESG des grands groupes envers leurs fournisseurs augmentent déjà et continueront de croître, explique-t-il. La même dynamique est à l’œuvre du côté des investisseurs institutionnels québécois, qui soutiennent beaucoup les PME. Enfin, les salariés, notamment les jeunes, préféreront les employeurs qui intègrent mieux la finance durable.»

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou