Article publié dans l'édition Printemps 2019 de Gestion

Faire mieux avec moins : c’est la promesse de l’innovation frugale. En plus d’apporter des solutions efficaces à des problèmes sociaux d’envergure, cette approche pourrait transformer radicalement nos façons de concevoir et d’exporter les biens et les services. Gros plan sur une méthode d’innovation méconnue.

C’est en 1976 que l’ophtalmologue indien à la retraite Govindappa Venkataswamy a conçu le projet d’éradiquer la cécité évitable, qui représente l’écrasante majorité des cas de cécité dans le monde1. Initialement doté de 11 lits, le complexe hospitalier Aravind Eye Care System (AECS) qu’il a fondé à l’époque compte aujourd’hui 11 édifices et reçoit le plus grand nombre de patients dans le monde pour des affections oculaires. Puisque les gens qui se rendent dans ces établissements sont en grande majorité des personnes à très faible revenu, un tiers des opérations sont réalisées gratuitement. En 20172, l’AECS a affirmé avoir cumulé plus de quatre millions de patients traités et 463 124 opérations chirurgicales pratiquées en près de 40 ans. La cerise sur le gâteau ? La qualité globale des opérations chirurgicales y est supérieure à celle du célèbre National Health Service (NHS) britannique, puisque les taux de mortalité et de complications opératoires y sont largement inférieurs3.

Cette initiative constitue un excellent exemple d’innovation frugale : élaborée avec peu de ressources, elle répond aux besoins essentiels de la clientèle cible.


LIRE AUSSI : « Imaginer la rupture pour innover »


La méthode de l’innovation frugale obéit en fait à deux principes clés : un coût abordable et une qualité suffisante.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou