La « world Music » n'est plus celle que vous pensez!

On aime ou on abhorre... Mais peu importe l'appréciation qu'on en fait, la musique heavy metal ne laisse personne indifférent! Il semblerait même, aux dires de Neil Shah, journaliste au très sérieux Wall Street Journal, que ce genre musical soit en voie de devenir la véritable world music, l'un des styles connaissant la plus forte croissance, et ce à l'échelle planétaire (lire son article «The Weird Global Appeal of Heavy Metal »). Surpris? Vous n'avez rien entendu encore!

Phénomène culturel, certes, la musique heavy metal demeure aussi une réalité économique bien tangible, au plus grand plaisir des producteurs et des maisons de disques qui surfent sur la vague et empochent au passage les précieux dollars. On en voudra pour preuve, par exemple, les ventes mondiales de la maison Nuclear Blast Records, l'un des plus importants diffuseurs de heavy metal, qui sont progressivement passées de 1,84 million d'albums (2013) à 2,25 millions d'album un an plus tard, pour culminer en 2015 à 2,53 millions d'albums, soit une hausse de 38 %! Quelle industrie peut se targuer d'une telle croissance? Signe que les choses changent et que le metal est en voie d'acquérir ses lettres de noblesse, plusieurs grands de l'industrie, tous aussi respectables les uns que les autres, ont récemment fait l'acquisition d'importantes maisons spécialisées dans ce genre musical. Ainsi, Sony Music Entertainment a récemment fait l'acquisition de la maison Century Media Records, alors que sa rivale Universal Music Group faisait de même avec la maison Candlelight Records.

Mais à quoi peut-on associer cet intérêt marqué et grandissant pour le heavy metal, à la fois par les amateurs du genre et par ceux qui sont prêts à signer des contrats avec des bands jugés prometteurs? Certains y décèleront peut-être l'influence grandissante du Malin, mais il faudrait plutôt jeter un œil, toujours selon Neil Shah, aux tendances économiques mondiales afin de comprendre cette croissance marquée. De fait, deux phénomènes expliqueraient la chose : la montée de l'Internet et la hausse du niveau de vie de certains pays. En accédant en effet à plus de richesse, certains jeunes mélomanes auraient ainsi été en mesure de se procurer des instruments de musique et de l'équipement sonore, et de se ménager également plus de temps temps pour en user, ou en abuser, c'est selon! Ce n'est donc pas un hasard si le heavy metal bourgeonne à l'heure actuelle dans des pays émergents où on ne l'attend mais alors pas du tout, tels le l'Inde, le Japon, la Russie, le Botswana (vous avez bien lu!) et même l'Indonésie. Évidemment, dans le cas précis de l’Indonésie, le plus grand pays musulman et le quatrième pays le plus populeux du globe (256 millions d'habitants), lorsque le président dûment élu s'avoue lui-même amateur de heavy metal, la popularité d'un tel genre ne peut que croître en ses frontières!

Du point de vue strictement commercial, l'intérêt des grands de la musique tels que Sony et Universal pour le heavy metal s'explique aussi par la fidélité de sa base et par les perspectives de croissance que laissent entrevoir ce genre de plus en plus universel, deux éléments qui feraient l'envie de bien des entreprises! D'une part, le site de musique en continu Spotify nous apprend que les fans de metal sont, et de loin, les plus fidèles à leur genre musical (lire l'article de Eliot Van Buskirk intitulé « Which Music Genres Have the Loyalest Fans? »)Headbanger un jour, headbanger toujours! D'autre part, le genre semble également avoir percé au-delà de son segment de clientèle traditionnel, à savoir l'adolescent ou le jeune adulte caucasien, en s'ouvrant dorénavant à d'autres clientèles, notamment les femmes, et sur d'autres continents. La présence du groupe japonais Babymetal et de ses trois chanteuses est là pour le prouver. Jetez un œil à la vidéo de leur grand succès, Gimme Chocolate, en tête d'article. Vous verrez que s'il est souvent sombre, le heavy metal ne manque parfois pas d'humour! Bonne écoute!