Quelques cas d’entreprises ayant complètement repensé, voire aboli leurs évaluations annuelles de performance des employés ont fait la manchette au cours des dernières années. Bien que cette avenue puisse avoir plusieurs effets positifs pour les employés et les entreprises qui l’adoptent, elle n’est pas nécessairement à privilégier dans toutes les organisations. L’abandon de l’évaluation annuelle de rendement peut se faire dans certains contextes particuliers mais requiert au préalable une réflexion minutieuse, sans quoi elle risque de causer bien des torts.

Qu’ont en commun Adobe, Cargill, Microsoft et Deloitte ? Ces entreprises ont toutes amorcé un virage récent pour transformer radicalement les traditionnelles évaluations de performance au travail de leurs employés, voire pour les abandonner carrément. L’évaluation de la performance constitue la dernière étape du cycle annuel de gestion de la performance au travail d’un employé pour la grande majorité des organisations. L’importance de cette activité est indéniable, car celle-ci est fréquemment liée à des décisions de rémunération variable, de développement ou encore de désignation de la relève. Toutefois, l’évaluation annuelle de la performance entraîne souvent certaines critiques de la part des employés et des gestionnaires. D’une part, bon nombre de rapports et d’études montrent que plusieurs évalués en ressortent insatisfaits, frustrés, voire démobilisés. De récentes recherches en neurosciences expliquent par ailleurs comment l’évaluation – et plus particulièrement la cote finale, transmise à l’employé – peut déclencher plusieurs mécanismes de défense qui nuisent à l’échange et freinent la volonté de s’améliorer. D’autre part, les évaluateurs se considèrent souvent comme étant insuffisamment outillés pour aborder la question des éléments à améliorer par les employés. Ils se sentent parfois impuissants lorsqu’il s’agit de gérer les cas de sous-performance et appréhendent des réactions émotives parfois fortes. Ainsi, il n’est pas étonnant que certains gestionnaires comparent la période des évaluations à la visite annuelle chez le dentiste… Pourtant, même si ce n’est pas très agréable, il faut y aller périodiquement !

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou