Des organisations sportives qui œuvrent à l’échelle locale, nationale ou internationale se retrouvent régulièrement sous le feu des projecteurs. Et pas nécessairement pour les bonnes raisons... En effet, les affaires de corruption, de malversation ou tout simplement de mauvaise gestion font les manchettes et entachent leur réputation. Le moment est-il venu de réformer de fond en comble leur mode de gouvernance?

Les exemples ne manquent pas pour illustrer cette fâcheuse tendance. Au bout du compte, ce sont toutes les organisations sportives qui en payent le prix, subissant la méfiance du public et une certaine forme de désengagement. Les défis qu’elles doivent affronter sont majeurs et elles doivent trouver des pistes de solution pour favoriser la mise en place d’une saine gouvernance.

De petites organisations malmenées

Partout au Canada, y compris au Québec, le problème est bien réel. En 2019, Sport Canada a indiqué sa volonté de renforcer la gouvernance des organisations de sport et de loisir qu’il finance, notamment afin de s’assurer qu’elles tiennent compte des priorités du gouvernement fédéral.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou