L'entreprise tant admirée a du plomb dans l'aile...

Elle est devenue le symbole de la liberté, de l'extrême et est fortement associée aux membres de la génération Y, toujours soucieux de montrer à leur univers virtuel (entendre ici les membres de leurs réseaux sociaux) leurs dernières prouesses sportives (voir la vidéo en tête d'article). Car c'est de l’entreprise GoPro et de ses célèbres caméras dont il est question ici.

On apprenait en effet que l'entreprise de San Mateo, en Californie, incidemment l'un des success stories des quatre ou cinq dernières années, vient peut-être de connaître récemment ses premières réelles difficultés financières et boursières. Car depuis 2010, l'entreprise était sur une lancée vertigineuse, ayant réussi à multiplier son chiffre d'affaires par un facteur de 21. Rares sont les compagnies qui peuvent prétendre à une telle croissance en un laps de temps aussi court!

Tout ce qui monte doit redescendre...

GoPro Revenus annuels 2010-2014Bien que les adeptes de la HERO4, le produit-phare de l'entreprise, cherchent constamment à défier la loi de la gravité en escaladant les pentes les plus abruptes ou en faisant du vol plané entre deux pics escarpés, l'action de la compagnie, quant à elle, a renoué avec les principes d'Isaac Newton puisque cette dernière, qui s'établissait à près de 95 dollars en septembre 2014, taquinait la marque des 11 dollars à Wall Street hier. Toute une chute! Conséquence directe de cette mauvaise nouvelle, environ 7 % des quelque 1 500 employés devraient recevoir sous peu leur cessation d'emploi.

Une HERO pas si héroïque...

Évidemment, en une telle situation, les observateurs attentifs cherchent un coupable et croient l'avoir trouvé. En fait, les dirigeants de GoPro ont récemment admis avoir vendu beaucoup moins de leur produit phare, la HERO4 Session, Lancée initialement à 400 dollars en juillet dernier, ladite caméra était offerte chez les détaillants à Noël pour la moitié de son prix, soit 199 dollars. Évidemment, dans l'optique du consommateur, il s'agit d’une bonne nouvelle. Mais si vous êtes un investisseur, vous avez sans doute trouvé cette chute de prix beaucoup moins intéressante, devant la perspective de revenus moindres et, ne l'oublions pas, devant les signaux quelque peu paniqués que les dirigeants de GoPro ont envoyé au marché avec cette initiative.

Par ailleurs, la compétition s'intensifie également, et les attaques fusent de toute part. Sur sa droite, GoPro fait face à des entreprises bien établies dans le domaine de la photographie et qui ont les poches bien remplies. Nikon est l'une de celles-ci. Et sur sa gauche, GoPro sent le souffle des fabricants de téléphones intelligents dans son cou, les avancées technologiques faisant en sorte d'améliorer grandement la qualité des appareils photos sur de tels appareils. Certains, tels la chinoise Xiaomi, que nous avons présentée dans un précédent article (lire « Qui fait trembler Apple? »), y sont également allés de leur propre offre, à un coût moindre.

Finalement, il semblerait également que GoPro ait de la difficulté à stimuler sa demande, dans la mesure où ses produits ont d'abord et avant tout été destinés à l'usage des adeptes du sport extrême, qui ne constituent pas, on s’entendra à ce propos, la majorité des gens.

Que faire?

Certes, GoPro aura sans doute quelques séances d'intense réflexion dans les semaines et mois à venir. À l'heure actuelle, l'entreprise comprend qu'elle doit élargir sa clientèle et, à ce propos, les rumeurs veulent qu'elle cherche à se lancer dans la réalité virtuelle et la captation à 360 degrés. Il serait même question, aux dires de Paul Loubière, du site Internet Challenges.fr (lire son article « Pourquoi GoPro ne surfe plus sur la vague des "Action-Cam"? »), d'un drone à quatre rotors, sur lequel serait monté une caméra GoPro.

GoPro pourra-t-elle encore défier la gravité et faire remonter ce qui est en chute?