Article publié dans l'édition Été 2010 de Gestion

Les cas de fraudes commises par les dirigeants d’entreprise demeurent relativement rares1. Toutefois, ils constituent un phénomène fortement médiatisé, qui entraîne des pertes importantes pour les actionnaires et les créanciers des sociétés visées et qui, à terme, mine le fonctionnement des marchés des capitaux.

Ainsi, la publicité entourant les cas Hollinger, Norbourg, Cinar, Nortel ou Livent illustre bien l’intérêt du grand public pour les fraudes et les dirigeants qui y sont impliqués.

En outre, au Canada, les cas de fraude découverts et ayant fait l’objet de poursuites judiciaires par les autorités de réglementation des marchés financiers au cours des 10 dernières années impliquent des dizaines, voire des centaines de milliers d’investisseurs, dont les pertes se chiffrent à plusieurs milliards de dollars2. L’encadré 1 rappelle trois cas récents de dirigeants fraudeurs.

La révélation d’une fraude entache aussi la réputation de plusieurs intervenants sur les marchés financiers, ébranlant ainsi la confiance des investisseurs envers le marché et pénalisant toutes les entreprises. En effet, toute annonce de fraude amène les investisseurs à remettre en cause la compétence ou la vigilance des autorités de réglementation des marchés financiers, des auditeurs, des analystes financiers, des conseils d’administration et des agences de notation de crédit, le tout sans égard à leur part de responsabilité réelle.

Aux pertes financières subies par les investisseurs qu’entraînent de telles fraudes s’ajoutent les coûts socioéconomiques liés aux pertes d’emplois. Les sociétés dont les directions ont été impliquées dans une fraude disparaissent la plupart du temps.


LIRE AUSSI : « Fraudes et gestion de crise : leçons tirées d'un cas réel »


Quelles sont les caractéristiques des principales fraudes financières et comptables commises par les dirigeants ? Pourquoi des dirigeants d’entreprise ou des entrepreneurs qui, en apparence, ont réussi s’engagent-ils dans la fraude et la manipulation ? Peut-on associer des attributs individuels et organisationnels aux fraudes commises par les dirigeants et les entrepreneurs ? Que peuvent faire les principaux responsables du maintien de l’intégrité des marchés financiers (par exemple, les administrateurs, les auditeurs, les organismes de réglementation, les analystes financiers) pour détecter et, idéalement, prévenir de telles fraudes ?

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou