La plupart des responsables de la fonction «gestion des ressources humaines» (GRH) peuvent se rallier à l’idée que leur premier rôle consiste à prévoir les besoins de l’organisation en ressources humaines, à court et à long termes, et à coordonner les activités qui permettront de satisfaire au mieux et au moindre coût ces besoins.

Ces activités sont généralement connues sous les vocables de planification de la main-d’œuvre, d’analyse du travail et de la main-d’œuvre, de recrutement et sélection du personnel, de formation du personnel et de développement organisationnel, d’évaluation de la performance, de rémunération, de gestion des carrières, et enfin de négociation collective et d’administration de la convention collective (Rothwell, Kazanas, 1988 : 2).


LIRE AUSSI : « En éthique d'entreprise, les femmes préfèrent des pratiques plus strictes et plurielles que les hommes »


Le but de ces diverses activités est de contribuer à une gestion plus efficace et plus efficiente de l’organisation. Mais les responsables de la GRH ont-ils aussi une responsabilité morale à l’égard des hommes et des femmes assujettis à ces diverses activités ? Voilà le sujet du présent article.

Plusieurs considèrent, à l’instar de Milton Friedman (1988 : 87), que le seul rôle social de l’entreprise, dans une société libre, est d’utiliser ses ressources et d’exercer ses activités pour augmenter ses profits, cela en autant qu’elle respecte les règles du jeu de la libre concurrence, sans se rendre coupable de tromper ou de frauder. Dans une telle optique, l’objectif de maximiser le rendement des ressources humaines et d’en diminuer les coûts se défend. Toutefois, la doctrine qui veut qu’on utilise les ressources humaines uniquement dans le but de maximiser des profits se heurte à l’obligation kantienne de ne jamais violer, sous quelque prétexte que ce soit, le respect dû à la personne humaine.

L’inviolabilité de la personne humaine

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou