Article publié dans l'édition Été 2019 de Gestion

Même si elle n’est pas nouvelle en soi, l’entreprise sans salariés s’inscrit aujourd’hui dans une tendance forte, soutenue par l’idée selon laquelle une activité foisonnante peut reposer sur l’entrepreneur solitaire. Mais qui est cet entrepreneur solitaire ? Et est-il vraiment seul?

Mes recherches récentes ont fait émerger deux profils d’entrepreneurs sans salariés. Ils entreprennent tous pour la première fois. On distingue pourtant les novices des expérimentés. Le premier groupe correspond à des individus âgés de moins de 25 ans au moment de la création de leur entreprise. La décision de se lancer et de demeurer seuls dans leur activité semble être un choix par défaut : de peur d’être déçus, ils préfèrent chercher des compétences à l’externe. En cela, ces entrepreneurs s’exposent aux risques classiques du démarrage d’une activité entrepreneuriale1 et à la difficulté de réunir des collaborateurs compétents avec lesquels ils souhaitent établir une relation externe purement transactionnelle.


LIRE AUSSI : « Le travailleur indépendant, prolétaire des temps moderne ? »


Le second type de primo-entrepreneur a bien souvent mené une carrière professionnelle antérieure dans une grande entreprise. Il a une idée précise de ce qu’il cherche en démarrant son entreprise, il profite d’un réseau professionnel étendu et il est en mesure de comparer sa vie actuelle avec celle qu’il a connue auparavant : entreprendre seul est un choix professionnel délibéré, couplé à la recherche d’une meilleure qualité de vie personnelle. Les entrepreneurs interrogés dans le cadre de cette étude et qui font partie de cette catégorie ont entre 25 et 40 ans et ont, pour la plupart, de jeunes enfants. Ils souhaitent consacrer du temps à leur famille et veulent gérer eux-mêmes leur charge de travail. En ce sens, ils se rapprochent de l’entrepreneur lifestyle2. La croissance par la masse salariale ne les intéresse pas : ils veulent établir des partenariats avec des alter ego.

Dans les deux cas, les entrepreneurs semblent attirés par le fait de travailler seuls au sein d’un collectif ou en association avec des collaborateurs pour l’exécution de certains mandats spécifiques. Mais pourquoi faire ce choix?

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou