Dans l’imaginaire collectif, les représentations de la personne douée mais dysfonctionnelle ne manquent pas. Or, le haut potentiel intellectuel (HPI) est un phénomène complexe que les gestionnaires doivent mieux comprendre, afin de favoriser une meilleure intégration de ces individus dans leur équipe.

Si, pendant longtemps, on ne parlait pas ouvertement de haut potentiel intellectuel ou de douance par crainte d’être accusé d’élitisme, le portrait est bien différent aujourd’hui. En effet, l’espace médiatique occupé par la douance[1] a significativement augmenté au cours des dernières années, au point où certains parlent même d’une «mode de la douance»[2].

Outre une meilleure connaissance du phénomène, cette médiatisation a également permis de normaliser l’existence d’enfants doués, mais tout de même aux prises avec des difficultés. De nombreux parents ont alors ciblé la douance comme étant la cause des problèmes de leur enfant. Si cette croyance a pu mener plusieurs individus sur une fausse piste, elle a eu aussi pour effet d’engager la conversation sur les expériences que vivent les personnes douées, ce qui n’était pas nécessairement le cas durant la scolarisation de plusieurs individus, aujourd’hui adultes.

Manifestement, l’absence de dépistage systématique du HPI met un voile sur le nombre réel de personnes vivant avec une douance et sur les particularités du phénomène. De plus, alors qu’il existe une quantité considérable d’études sur les enfants à haut potentiel, il n’est pas possible d’en dire autant au sujet de la recherche portant sur les adultes. À l’instar de plusieurs de ces jeunes qui se retrouvent en situation d’échec à l’école, se pourrait-il que d’autres vivent une expérience similaire une fois arrivés à l’âge adulte?

 

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou