Article publié dans l'édition Automne 2009 de Gestion

L’évaluation demeure encore aujourd’hui un élément central de la gestion des ressources humaines. Elle permet de déterminer jusqu’à quel point les personnes maîtrisent les compétences et les qualités requises par un emploi.

Conséquemment, elle procure une information essentielle en matière de dotation, de formation et de gestion de carrière. Mais qu’en est-il de l’évaluation des compétences dans le contexte de la diversité culturelle? Comment éviter les biais culturels au moment de choisir les nouveaux employés? Doit-on modifier la façon dont les entrevues de sélection sont conduites? L’utilisation de tests psychométriques est-elle toujours appropriée? Voilà autant de questions qui préoccupent les praticiens et qui ont fait l’objet d’un grand nombre de recherches au cours des dernières années (voir l’encadré 1).


LIRE AUSSI : « La solution à la pénurie de main-d’œuvre passe par une stratégie de développement des compétences »


Cet article comporte trois parties. La première partie définit ce qu’est un outil d’évaluation non biaisé sur le plan culturel et montre la difficulté à démontrer ce fait. Des exemples de différences culturelles sont fournis. La deuxième partie présente quatre types d’outils d’évaluation utilisés dans la sélection du personnel en ce qui regarde leur capacité de prédire le rendement dans l’emploi et leur impact négatif sur les minorités culturelles. Enfin, la troisième partie propose des recommandations de nature à aider les organisations à effectuer un processus de sélection équitable, indépendamment de la race ou de l’origine ethnique des candidats.

Les biais et les effets défavorables

La plupart des gestionnaires et des intervenants en gestion des ressources humaines s’entendent sur la nécessité de mettre en place un processus d’évaluation juste et équitable. Après tout, l’objectif de ce processus est d’identifier les personnes les plus compétentes, abstraction faite de leurs caractéristiques biologiques et démographiques. Cette volonté de la société de traiter les gens de façon équitable et non discriminatoire s’est traduite par l’adoption de lois et de règlements qui balisent les pratiques d’évaluation dans l’organisation (voir l’encadré 2).

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou