Article publié dans l'édition Automne 2021 de Gestion

Les jeunes pousses ont tout intérêt à accorder une bonne place à la diversité dès leur démarrage. En effet, la diversité est fortement corrélée avec la capacité d’innover, d’exporter, d’attirer et de retenir des talents ainsi qu’avec la production de meilleurs revenus.

La diversité reste peu fréquente au sein des équipes entrepreneuriales. D’après l’étude mondiale menée sur les start-up par la Silicon Valley Bank en 20201, moins de la moitié des jeunes pousses au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni comptaient au moins une personne issue d’une communauté ethnoculturelle au sein de leur groupe de direction ou de leur conseil d’administration. À peine 26% d’entre elles s’efforçaient d’accroître cette diversité. Les entrepreneurs seraient tentés de s’entourer de gens qu’ils connaissent ou qui pensent comme eux, ce qui crée une culture très homogène. «C’est plus facile de n’être jamais contredit, mais on perd alors la richesse de la confrontation des points de vue», déplore Payam Eslami, directeur général d’Entreprendre ici. Cet organisme montréalais accompagne les entrepreneurs issus de la diversité ethnoculturelle.

Sur l’écran radar

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou