Oui, la neuro a le vent en poupe, mais malgré cela, certains mythes lui collent à la peau. Quelques clins d’œil à ce sujet. ✏ ÉLISE LABONTÉ-LEMOYNE

10 %, Vraiment ?

Qui n’a jamais entendu dire que l’humain n’utilisait que 10 % de son cerveau ? Beaucoup attribuent cette fameuse croyance à Einstein. Le mythe proviendrait en fait de William James, qui aurait dit que les humains n’utilisent qu’une petite partie des capacités de leur cerveau et n’atteignent ainsi jamais leur plein potentiel, ce qui fut éventuellement traduit en 10 % de notre cerveau. Il est vrai que le cerveau humain n’est pas utilisé en totalité à chaque instant. Chaque structure cérébrale a sa fonction propre et n’est activée que lorsque la tâche entreprise le nécessite. Ceci est dû à la grande demande en énergie et en oxygène du cerveau qui travaille. Il serait impossible et inutile que toute notre énergie soit consacrée à activer des structures cérébrales qui ne sont pas nécessaires dans l’immédiat.

Parce que moins, c’est parfois mieux !

Il est vrai qu’avec l’âge, on observe souvent certaines pertes sur le plan des capacités cognitives. Toutefois, cela ne signifie pas qu’elles seront toutes éventuellement perdues ! Cela dépend d’une multitude de facteurs, le plus simple étant notre sexe. Si l’aptitude qui décline le plus rapidement autant chez les hommes que chez les femmes est le raisonnement mathématique, on observe des disparités pour d’autres capacités. Par exemple, chez les hommes, l’orientation spatiale est facilement conservée avec l’avancement en âge. Chez les femmes, c’est la capacité de raisonnement qui se révèle résistante. Quant à la mémoire, elle évolue différemment selon les types. La mémoire cristallisée, comme la signification des mots de vocabulaire, reste très stable avec l’avancement en âge. Toutefois, la mémoire fluide, soit la capacité à ajouter une nouvelle information à des connaissances déjà emmagasinées ou la capacité de se rappeler un événement récent, décline progressivement à partir de 60 ans. Mais ce que la mémoire perd en agilité, elle le gagne en finesse ! En général, les personnes plus âgées perçoivent mieux les nuances de langage, comprennent mieux les interactions sociales et ont une plus grande capacité de résolution de conflit.

S’entraîner les méninges ?

De nombreux jeux sur Internet et sur les téléphones mobiles prétendent améliorer les performances du cerveau et retarder le vieillissement...

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou