Article publié dans l'édition Automne 2020 de Gestion

Actives dans des secteurs variés, les coopératives de consommateurs présentent certains avantages pour leurs membres. Néanmoins, plusieurs d’entre elles sont en perte de vitesse, ce qui laisse croire que ce modèle ne répond plus aux besoins des adhérents. Tour d’horizon.

Comme toute entreprise, la coopérative de consommation a pour mission de maximiser la valeur pour ses propriétaires. Ceux-ci étant les consommateurs, elle doit donc leur donner accès à une offre de produits et de services qui réponde à leurs attentes. Autrement dit, elle doit leur offrir, entre autres, le meilleur rapport qualité-prix possible.


LIRE AUSSI : « Séparer le bon grain de l’ivraie »


Les coopératives de consommateurs œuvrent dans différents secteurs : alimentation, milieu scolaire, services funéraires, services financiers, regroupements d’achats, etc. on pense à de gros joueurs comme le Mouvement Desjardins ou Mountain Equipment Co-op (MEC), par exemple, ainsi qu’aux coopératives alimentaires et de fournitures scolaires, de taille plus modeste. Or, en ces temps de mondialisation et de concurrence féroce, une question se pose : les coopératives ont-elles su conserver leur valeur aux yeux des consommateurs ?

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou