La société française Salomon, spécialisée dans le matériel sportif, notamment l’équipement pour les sports de montagne, a réussi à se démarquer du peloton de ses concurrents en abandonnant les approches traditionnelles et en puisant dans deux immenses réservoirs de potentiel créatif : les communautés sportives et les spécialistes dans divers domaines liés à son créneau. Portrait d’une entreprise qui met tout en œuvre pour que chacun des athlètes auxquels elle s’adresse trouve chaussure à son pied. 

1 - L’innovation au pas de course

Pour innover, il faut de bonnes idées, mais où les trouver? Pour Salomon, la réponse est claire: il faut puiser dans la communauté sportive, un véritable réservoir de potentiel créatif. C'est la stratégie qui, en un temps record, a mené à la conception de la Sense, une chaussure de course nature (trail running) qui est devenue l'un de ses produits phares. Simon Lord

Épuisé, Kilian Jornet inquiète les docteurs. Seize heures, quatre minutes et cinquante secondes après son départ, le coureur soutenu par Salomon vient de terminer la Western States de juin 2010, une course américaine de 160 kilomètres, et il urine du sang en plus d’être déshydraté. Mais il vient aussi de passer à côté de la victoire et se retrouve sur la troisième marche du podium.

« À ce moment-là, il a eu le sentiment d’être bloqué par ses chaussures », raconte Benoît Sarazin, un consultant de Paris spécialisé en innovation de rupture, qui a travaillé auprès de Salomon.

C’est l’élément déclencheur qui poussera l’entreprise à innover pour créer une chaussure mieux adaptée à ce type d’épreuve, la Sense. Aujourd’hui l’un de ses produits phares, elle s’est avérée un succès commercial dès son lancement, en mai 2012. Et ce succès, Salomon le doit à sa volonté de cultiver les communautés qui l’entourent, des athlètes aux ingénieurs, pour récolter des idées innovatrices.

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou