Article publié dans l'édition automne 2015 de Gestion

Lundi matin : réunion de production. Assis à une extrémité de la grande table, le directeur accueille ses coéquipiers. L’ambiance est décontractée, on échange des nouvelles et quelques blagues, on s’installe avec ses dossiers. Une fois l’équipe prête, le directeur fait un bilan des progrès du projet, qui avance rondement, sans oublier de rappeler les objectifs visés. Comme les échanges sont stimulants, ils permettent d’ouvrir de nouvelles avenues et de faire émerger des idées dans un climat de confiance. Un des membres fait part de ses préoccupations à propos d’un élément du projet. La discussion reprend de plus belle, en mode synergique. La collaboration idéale : est-ce possible ?

Être ou ne pas être une équipe

Travailler en équipe sous-entend que tous les membres comprennent clairement et de manière cohérente en quoi consistent les activités dans lesquelles ils doivent s’investir pour s’assurer de prendre les meilleures décisions et d’atteindre les objectifs communs. Cette synergie, précisons-le, passe par les efforts de personnes possédant des connaissances et des expériences différentes. Cela implique donc une collaboration, c’est-à-dire le partage de connaissances, des échanges d’idées, des efforts individuels et la mise en commun des ressources disponibles. La collaboration se distingue de la coordination dans la mesure où elle implique des échanges réciproques et réguliers, créant ainsi une synergie qui catalyse l’efficacité collective et qui ajoute de la valeur au travail accompli.

Pour stimuler la collaboration au sein d’une équipe, il importe que les membres comprennent et s’approprient les objectifs qui leur sont assignés. Pour ce faire, il faudra que le leader prenne le temps d’expliquer l’activité à réaliser en soulignant les résultats attendus. Un tour de table permettra aux membres d’exprimer leurs opinions et de faire part de leurs intérêts, de leurs attentes et de leurs préoccupations à propos de cette activité. Cette mise en commun des intérêts particuliers fera ressortir les objectifs partagés, permettant en outre de prendre conscience des interdépendances, c’est-à-dire des relations de dépendance réciproque entre les membres. Cette prise de conscience contribuera à améliorer la performance de tous en clarifiant les devoirs et les responsabilités de tout un chacun.

En outre, la collaboration implique que les membres de l’équipe soient disposés à faire part de leurs commentaires, non seulement sur leur performance mais également sur leurs manières de travailler ensemble. Ce processus en est l’essence même. Deux ou trois fois par année, le leader organisera une séance d’évaluation et d’appréciation sur ce thème. Cette rétroaction est l’occasion de souligner les efforts et les contributions de chacun et de déterminer les éléments que l’équipe doit améliorer pour mieux fonctionner. Enfin, il incombe au leader de donner un sens au travail et de renforcer l’engagement des membres en faisant valoir l’utilité de leur tâche, en leur donnant l’autonomie nécessaire pour l’exécuter, en leur offrant des occasions d’apprentissage et de développement et en veillant à la qualité des relations professionnelles.

Stimuler la collaboration

J'achète!

Poursuivre votre lecture pour seulement 2,99 $

Je m'abonne!

Accédez à tous les articles en vous abonnant à partir de 3,25$

Ou